Athénée Théâtre Louis-Jouvet | Genji Monogatari<br>Échos d'amour<br>lointains

Genji Monogatari
Échos d'amour
lointains

grande salle • 1h30 • Opéra-Théâtre
Partager sur :

Présentation

Adaptation opératique du Dit du Genji, Genji Monogatari – Échos d’amour lointains a été composé au début des années 90 par le Japonais Yoritsune Matsudaïra. Ce dernier, fasciné par la vocalité de la soprano Yumi Nara, décide, après la création de trois premiers chants, d’écrire un mono-opéra en deux actes, pour une voix et un ensemble instrumental. Déférence gardée envers sa muse, Matsudaira lui dédicacera l'œuvre avec la distance qui sied aux protagonistes des cours impériales : « En hommage à Yumi Nara, avec beaucoup de sympathie artistique.» 

Pionnier de la musique contemporaine nippone - il participe à la fondation de la Société japonaise pour la musique contemporaine en 1937, qu’il présidera vingt ans plus tard, Matsudaïra (1907-2001), grand ami de Messiaen, imprégné par la musique française de Debussy, n’aura de cesse de construire des ponts entre le Japon et l’Occident. Jusqu’à mélanger, au sortir de la Seconde Guerre mondiale, le gagaku (musique de cour traditionnelle) avec le sérialisme. Et, s’il n’utilise qu’une voix pour cette œuvre, il la met en lien, selon les chants, avec des instruments comme la flûte, les percussions ou le koto.

Mis en scène par Yoshi Oida, par ailleurs comédien et qui a travaillé sur le Mahabharata avec Peter Brook, Genji Monogatari – Echos d’amour lointains nous plonge dans la cour impériale du XIe siècle en suivant la vie et les amours du prince Genji. Portrait de la société aristocratique de l’époque, Genji, fils de l’empereur et d’une favorite, connaîtra ascension sociale puis déchéance et exil, toutes phases de son parcours rythmées par la présence d’une femme et présentées dans cet opéra dans un ordre antichronologique.
Adaptation opératique du Dit du Genji, Genji Monogatari – Échos d’amour lointains a été composé au début des années 90 par le Japonais Yoritsune Matsudaïra. Ce dernier, fasciné par la vocalité de la soprano Yumi Nara, décide, après la création de trois premiers chants, d’écrire un mono-opéra en deux actes, pour une voix et un ensemble instrumental. Déférence gardée envers sa muse, Matsudaira lui dédicacera l'œuvre avec la distance qui sied aux protagonistes des cours impériales : « En hommage à Yumi Nara, avec beaucoup de sympathie artistique.»  Pionnier de la musique contemporaine nippone - il participe à la fondation de la Société japonaise pour la musique contemporaine en 1937, qu’il présidera vingt ans plus tard, Matsudaïra (1907-2001), grand ami de Messiaen, imprégné par la musique française de Debussy, n’aura de cesse de construire des ponts entre le Japon et l’Occident. Jusqu’à mélanger, au sortir de la Seconde Guerre mondiale, le gagaku (musique de cour traditionnelle) avec le sérialisme. Et, s’il n’utilise qu’une voix pour cette œuvre, il la met en lien, selon les chants, avec des instruments comme la flûte, les percussions ou le koto. Mis en scène par Yoshi Oida, par ailleurs comédien et qui a travaillé sur le Mahabharata avec Peter Brook, Genji Monogatari – Echos d’amour lointains nous plonge dans la cour impériale du XIe siècle en suivant la vie et les amours du prince Genji. Portrait de la société aristocratique de l’époque, Genji, fils de l’empereur et d’une favorite, connaîtra ascension sociale puis déchéance et exil, toutes phases de son parcours rythmées par la présence d’une femme et présentées dans cet opéra dans un ordre antichronologique.

Distribution

D'après le roman de Murasaki Shikibu • Musique Yoritsune Matsudaïra • Mise en scène Yoshi Oida • Direction musicale Aurélien Azan Zielinski

Soprano Yumi Nara • Comédien Masato Matsuura • Cheffe de chant Monique Bouvet • Sho Tamami Tono, Ko Ishikawa • Koto Chieko Fukunaga Ensemble L’Instant Donné • Scénographie Tom Schenk • Lumières Fabrice Kebour

Production : Fondation Franco-Japonaise Sasakawa
Production déléguée : Athénée Théâtre Louis-Jouvet, Ensemble L’Instant Donné

La saison d’Opéra-Théâtre de l’Athénée Théâtre Louis-Jouvet bénéficie du généreux soutien de Madame Aline Foriel-Destezet.




À voir et à entendre

Voir toutes les photos